Comment aider les étudiants à surmonter la peur de l’échec ?

peur echec etudiants

Comment aider les étudiants à surmonter la peur de l’échec ?

 

Selon la recherche sur l’échec, les étudiants peuvent avoir besoin de plus que du courage pour réussir.

Selon Sarah Torche, kinésiologue à Paris, la peur de l’échec est directement liée à votre estime de soi ou à la conviction que vous êtes précieux en tant que personne. En conséquence, les étudiants se soumettraient à des machinations psychologiques incroyables afin d’éviter l’échec et de conserver le sentiment qu’ils en valaient la peine – ce qui, comme nous le savons tous ceux d’entre nous qui ont déjà fait face à la peur de l’échec, peut avoir longtemps – conséquences à terme.

Heureusement, la kinésiologie fournit également des conseils aux parents et aux étudiants pour les aider à faire face aux sentiments d’échec et les aider à réaliser leur véritable potentiel.

Les jeux auxquels nous jouons pour éviter l’échec

L’une des façons dont les gens protègent leur estime de soi est de croire qu’ils sont compétents et de faire en sorte que les autres le croient également.

Par conséquent, la capacité à atteindre – et la qualité de la performance qui révèle cette capacité – est essentielle au maintien de l’estime de soi. Cela est particulièrement vrai dans des situations compétitives telles que l’école et, plus tard, le lieu de travail. En un mot, ne pas performer signifie que l’on n’est pas capable et, par conséquent, pas digne.

Si une personne ne croit pas qu’elle a la capacité de réussir – ou si des échecs répétés diminuent cette croyance – alors cette personne commencera, consciemment ou non, à s’engager dans des pratiques ou à trouver des excuses afin de se préserver. valeur à ses propres yeux et aux yeux des autres. Plus l’effort derrière l’échec est intense, plus les excuses ou les mécanismes de défense deviennent importants.

Sarah kinésiologue a constaté que, lorsqu’il s’agit de faire face à l’échec, les étudiants se répartissent généralement en quatre catégories.

1. Élèves axés sur la réussite : Ce sont les enfants qui aiment apprendre pour apprendre et qui voient l’échec comme un moyen d’améliorer leurs capacités plutôt qu’une atteinte à leur valeur en tant qu’être humain. La recherche a également révélé que ces élèves ont tendance à avoir des parents qui louent le succès et réprimandent rarement, voire jamais, l’échec.

2. Élèves axés sur les résultats: Ces étudiants évitent l’échec en réussissant, mais seulement avec un effort herculéen motivé uniquement par la peur qu’un seul échec ne confirme leur plus grande peur : qu’ils ne soient pas parfaits.

Parce que la peur de l’échec est si accablante et parce qu’ils doutent de leurs capacités, ils diront, à l’occasion, à tout le monde qu’ils ont très peu de temps pour se préparer à un test à venir , puis passeront toute la nuit à étudier. Lorsqu’ils réussissent le test avec brio, cela « montre » à tous qu’ils sont brillants car leur « capacité » l’emporte sur la nécessité de prolonger tout effort.

3. Éviter l’échec : ces élèves ne s’attendent pas à réussir, ils veulent juste éviter d’échouer. Ils croient que s’ils déploient beaucoup d’efforts mais échouent toujours, cela implique une faible capacité et donc une faible valeur. Mais s’ils n’essayent pas et échouent quand même, cela ne se répercutera pas négativement sur leur capacité et leur valeur reste intacte.

Afin d’éviter un échec qui pourrait être dû à un manque de capacité, ils font des choses comme trouver des excuses (le chien a mangé mes devoirs), tergiverser, ne pas participer et choisir des tâches presque impossibles. Cependant, cela peut les mettre dans une position délicate lorsqu’ils rencontrent un enseignant qui récompense l’effort et punit ce qui semble être un manque d’effort ou pire. En fin de compte, il n’y a pas d’issue pour ces étudiants – soit ils essaient et échouent, soit ils sont punis.

4. Accepter l’échec : Ce sont les étudiants les plus difficiles à motiver car ils ont intériorisé l’échec : ils pensent que leurs échecs répétés sont dus à un manque de capacité et ont renoncé à essayer de réussir et ainsi à maintenir leur estime de soi. Tout succès qu’ils pourraient rencontrer, ils l’attribuent à des circonstances indépendantes de leur volonté, comme le fait que l’enseignant leur confie la tâche la plus facile dans un projet de groupe.

Deux autres points : les étudiants qui évitent l’échec et acceptent l’échec ont tendance à se concentrer sur des domaines non académiques où ils peuvent réussir, comme le sport ou l’art ou même les comportements à risque. Et les élèves qui, en général, sont motivés par la peur de l’échec ont tendance à avoir des parents qui louent rarement le succès et punissent plutôt l’échec. Cela amène ces élèves à croire que l’amour de leurs parents est conditionné à leur réussite scolaire.

Comprendre comment la complexité de la peur de l’échec peut conduire certains élèves à réussir à l’école et d’autres à abandonner, il est évident que dire aux élèves de « se battre et faire face » lorsque les choses se compliquent ne fonctionnera pas pour beaucoup ou la plupart d’entre eux. Eux.

Vaincre la peur de l’échec

 

Alors, que peuvent faire la kinésiologie pour aider leurs élèves à être orientés vers la réussite plutôt que vers l’échec ?

La clé est se concentré sur la réussite avec confiance et certitude

1. Mettre l’accent sur l’effort plutôt que sur la capacité. Accorder plus d’importance aux motivations des étudiants, dans les autres domaines de vie (loisirs, sport, art,…). Un étudiant plus épanoui se concentre plus facilement. Sinon, à se sentir épuisé et sur focaliser sur leurs études, ils peuvent commencer à douter de leurs capacités et finir par éviter ou accepter l’échec.

2. Encouragez les élèves à pratiquer l’auto-compassion lorsqu’ils échouent. Sarah Torche suggère qu’au cœur de la peur de l’échec se trouve un va-et-vient entre l’acceptation de soi et la capacité de nous voir tels que nous sommes vraiment. C’est là que l’auto-compassion peut aider.

Pour que l’auto-compassion soit efficace, nous devons d’abord réaliser que « notre vraie valeur réside dans l’expérience fondamentale d’être un être conscient qui ressent et perçoit ». En d’autres termes, plutôt que de faire dépendre notre estime de soi de catégories telles que la réussite scolaire, l’apparence ou la popularité, nous devons nous valoriser uniquement pour le fait que nous sommes des êtres humains et accepter que l’échec fait partie de l’expérience humaine.

Lorsque nous faisons cela, il nous est plus facile d’étendre la compassion à nous-mêmes lorsque nous échouons. Pratiquer un discours intérieur qui est gentil et compatissant. Il est ainsi plus facile d’examiner de manière réaliste la cause de l’échec, puis d’envisager ce qui peut être fait pour s’améliorer la prochaine fois.

Des recherches ont montré que les personnes qui pratiquent l’auto-compassion se rétablissent plus rapidement après un échec et sont plus susceptibles d’essayer de nouvelles choses, principalement parce qu’elles savent qu’elles ne seront pas confrontées à un barrage négatif de discours intérieur en cas d’échec.

3. Consulter un kinésiologue

La kinésiologie permet d’approfondir chez les étudiants leur compréhension de la peur de l’échec, les rendre plus compatissants et compréhensifs envers eux même. Pratiquer le Brain Gym avec Sarah Torche kinésiologue.

A qui s’adresse le Brain Gym ou Gym du cerveau ?

 

La kinésiologie éducative ou Brain Gym® s’adresse aux enfants, ados éprouvant des difficultés de concentration, de lecture, de coordination, d’adaptation à de nouvelles situations et de gestion de stress en général pour favoriser l’attention, la concentration et améliorer l’apprentissage.

Le Brain gym ou gymnastique du cerveau s’adresse t elle au adulte ?

 

La gym du cerveau s’adresse aussi aux adultes : difficulté de concentration, burn out, fatigue oculaire, reconversion professionnelle, difficulté d’organisation etc…

Pourquoi faire du Brain Gym ?

 

Le Brain Gym permet d’établir les connexions neuronales par des mouvements qui stimulent et activent les trois parties du cerveau impliquées lorsqu’on apprend.

Cette méthode agit par le mouvement et le jeu et s’avère ludique pour l’enfant, l’adolescent ou l’adulte.

Différentes activités permettent de mettre le cap sur l’apprentissage et de faciliter les acquisitions d’apprentissage: l’ECAP (qui signifie « Écouter, Communiquer et Agir avec son Potentiel »).

Quels types de difficultés rencontre votre enfant à l’école?

 

  • Difficulté à se concentrer
  • Comprendre les consignes
  • Difficulté pour lire
  • Ecrire : former les lettres et les mots
  • Difficulté à calculer
  • Ecouter en classe, se laisse distraire facilement
  • Se motiver pour l’école
  • Peur, stress des examens
  • N’ose pas s’exprimer devant la classe
  • Planifier son travail
  • Epeler, ortographier
  • Prendre des initiatives
  • Communiquer avec les autres
  • Latéralité, reconnaître la gauche et la droite
  • Coordination globale, bouger avec aisance
  • Maladroit, perd son équilibre

S’il est confronté à au moins une de ces difficultés, la kinésiologie éducative et d’apprentissage peut l’aider à mieux gérer son stress, augmenter la confiance en soi et mener l’enfant ou l’adolescent (mais aussi l’adulte) vers un mieux-être, à l’école et à la maison.