Mieux comprendre son enfant

comprendre son enfant

La communication est une des clés de toutes les relations humaines car elle constitue le principal support sur lequel repose le lien entre deux individus. Celle-ci est d’autant plus importante entre les parents et leurs enfants, car en plus de communiquer avec eux, nous leur apprenons à communiquer.

Savoir parler à son enfant peut sembler banal pour certains, mais il est crucial d’y accorder son attention car la communication peut être être un moyen de gérer les conflits, les éviter ou au contraire les nourrir et créer. Voici donc quelques astuces à suivre pour apprendre à communiquer sereinement avec ses enfants.

 

Mieux comprendre son enfant

 

Pas de communication sans compréhension. Et avant de pouvoir comprendre son enfant, il est important de se comprendre soi-même. Il est important que chaque parent prenne conscience de ses sentiments et de ses émotions afin de pouvoir mieux les anticiper et communiquer.

Pour cela, quelques questions peuvent être utiles :

–  Qu’est-ce que je ressens actuellement, et pourquoi ?

–  Suis-je en train de juger mon enfant ? Est-ce que mes critiques sont constructives ?

–  Le comportement de mon enfant m’irrite, dois-je m’énerver ou plutôt porter mon attention sur le fait qu’il est en train d’apprendre ?

Après avoir répondu à ces questions, il vous sera plus aisé de vous focaliser sur votre enfant, et vous poser les mêmes questions le concernant :

–  Mon enfant a-t-il l’air de bien se sentir ?

–  Se sent-il jugé ? Comment réagit-il à mes critiques ?

–  A-t-il besoin d’aide pour mieux comprendre ce que je lui reproche ?

Vous poser ces questions vous permettra à la fois de mieux comprendre la situation et votre interaction avec votre enfant, mais vous permettra aussi de prendre du recul et ainsi ne pas réagir à chaud.

Communiquer clairement avec son enfant

 

Un des problèmes majeurs de la communication parents-enfants et la généralisation des faits. Il peut en effet nous arriver, sous le coup de la colère, de dire à nos enfants : ‘’tu fais toujours tout de travers’’, ‘’tu n’écoutes jamais ce qu’on te dit’’, ‘’tu ne remets jamais les choses à leur place”. Le bémol est que cela colle une étiquette à notre enfant, lui donne l’impression que l’on a pas jugé son comportement ou son erreur, mais qu’on l’a jugé lui-même.

A l’inverse, il vaudrait mieux remplacer ces remarques par : ‘’tu t’es trompé, nous allons voir pourquoi’’, ‘’m’as tu bien compris ?’’, ‘’la dernière fois on s’est promis que…’’.

Vous verrez qu’avec cette « petite » modification de forme, votre enfant se sentira mieux, car il lui sera plus facile de prendre du recul face à la critique de son geste, que face à la critique de lui-même. En parallèle, abandonnez si possible les expressions qui commencent par “jamais”, “comme d’habitude”, “c’est toujours pareil avec toi”… Ces remarques risquent d’impacter la confiance en soi de votre enfant.

Faites donc des remarques précises et factuelles. Votre enfant comprendra mieux où sont ses erreurs et ne se sentira pas problématique lui-même. Il pourra ainsi s’adapter plus facilement, générant moins de couacs, de sorte que vous pourrez mieux communiquer : nous avons un cercle vertueux.

Eduquer ses enfants sans les comparer

 

La comparaison de vos enfants avec les autres peut impacter leur confiance en eux et leur sentiment d’être aimés pour ce qu’ils sont. Nous pouvons intuitivement penser qu’il est motivant pour un enfant de sentir une concurrence : mais la concurrence n’est saine que lorsque des acquis sont solidement constitués, sans quoi la concurrence peut générer souffrance psychologique et baisse dans l’estime de soi. Apprenez à évaluer vos enfants selon leurs propres compétences.

Par exemple, lorsque vous demandez leurs notes d’examen, inutile d’insister sur les autres : ‘’et ta camarade a eu combien ? “Tu vas pouvoir être premier de la classe ?’’; et plutôt se focaliser sur votre enfant : ‘’bravo, c’est mieux que la dernière fois’’, ou alors ‘’ce n’est pas grave, nous allons voir tes lacunes et les combler’’.

Votre enfant aura toujours besoin de se sentir en confiance, et de voir que ses parents croient en lui et qu’il reste le meilleur à leurs yeux.

La violence ne mène à aucun résultat

 

Il peut arriver que votre enfant vous mette en colère, c’est tout à fait normal. Mais en tant qu’adulte, vous avez les armes psychologiques pour faire une analyse rapide de la situation et pour vous poser la question : est-ce que cela en vaut vraiment la peine ?

Il y a des situations où il est cohérent d’être ferme et strict avec ses enfants, ceci est d’autant plus justifié lorsque l’enfant cause un danger sur lui-même ou sur les autres. Mais si vous pensez que votre enfant apprend lorsque vous le frappez, vous faites fausse route ! En plus des conséquences psychologiques nocives et avérées de la violence physique sur l’enfant, ce dernier aura seulement peur de votre réaction sans pour autant en comprendre le motif, et la peur de l’autorité n’est pas une compréhension. Il vous sera bien plus utile de générer une adhésion aux principes que vous souhaitez leur transmettre, plutôt que de générer un respect par peur de l’autorité.

Comment demander quelque chose à son enfant ?

 

Faire une demande est un art ! Plus vous êtes précis, mieux votre enfant comprendra, et meilleur sera le résultat. Vous n’aurez donc ni à vous mettre en colère ni à punir votre enfant. Vous verrez que tout réside dans la manière de faire vos demandes.

Si vous dites à votre enfant ‘’Mets tes vêtements dans le panier à linge, la chambre est sale à cause de toi !’’ votre enfant ne va pas vraiment comprendre : il va juste appréhender votre réaction les prochaines fois, et aura constamment l’impression de faire des bêtises.

Essayez plutôt de dire ‘’ Mets tes vêtements dans le panier à linge s’il-te-plait, j’aime quand tout est propre et que tu l’es aussi, et toi aussi tu apprécies non ? ’’. Ou alors ‘’tu peux contribuer à la propreté de la maison en rangeant tes vêtements’’. Il se sentira mieux valorisé et plus responsable, et pensera qu’il peut être récompensé pour son bon comportement (motivation), plutôt que puni pour son mauvais comportement (peur).

Récompensez vos enfants

 

Nous faisons tous des remarques lorsque l’enfant commet une erreur. Mais est-ce que nous le félicitons assez lorsqu’il fait une chose bien ? Et surtout, est-ce qu’on le félicite comme il faut ?

Il ne suffit pas de dire ‘’bravo, c’est bien’’. Mais là aussi, il faut être factuel et précis. Si votre enfant a une bonne note par exemple, vous pouvez lui dire : ‘’je suis très contente car je remarque que tu évolues très bien, je suis fière de toi tu es la meilleure !’’.

Cette expression contient une expression du sentiment de joie (je suis très contente), la cause qui a déclenché ce sentiment (la bonne note) , et une récompense (tu es la meilleure). Oui, le fait de traiter votre enfant en champion(ne), héros ou chef est une véritable récompense pour eux, car ces compliments donnent un sens à leur effort, et motivent donc la répétition de l’effort.

En résumé, communiquer avec ses enfants ne se réduit pas à leur parler, et encore moins à gronder ou frapper. Il faut plutôt se mettre au niveau de l’enfant et le comprendre. Après cela, il faut apprendre à s’exprimer clairement et à apaiser les choses au maximum. Il faut aussi comprendre qu’une bonne communication s’apprend, Sarah Torche kinésiologue vous accompagne et vous aide pour que vous formez une équipe avec vos enfants, que vous évoluez ensemble pour construire une relation unie et heureuse.